Blog

Les dernières actualités d'Amsha
07
Fév

[Pierre-Yves Albrecht] L’Importance de l’Initiation et des Rites de Passage dans la Quête de Soi

Pierre-Yves Albrecht, qui a accepté de se joindre à l’aventure Amsha, fera partie des intervenants du film. Nous vous invitons aujourd’hui à en découvrir un peu plus sur cet homme remarquable…

 

Initiation & rites de passage – Pierre-Yves Albrecht

« Docteur en anthropologie, philosophe, écrivain et fondateur des centres thérapeutiques des Foyers des Rives du Rhône, Pierre-Yves Albrecht a travaillé plus de 30 ans en maisons thérapeutiques avec des jeunes ‘marginaux’ (toxicomanes, délinquants..). Il a consacré une grande partie de son travail de philosophe et de thérapeute à l’étude de l’initiation et des rites de passage dans le développement humain.

Son constat est que tout individu, pour évoluer et donner du sens à sa vie, a besoin de passer par des étapes initiatiques qui l’aident à structurer son cheminement personnel. Il a développé de nombreux outils, basés notamment sur les arts martiaux ou le travail du mythe au travers des grands archétypes, afin d’aider les jeunes à canaliser leur énergie et à se recentrer. » (Source)

 

 


Nous (les occidentaux) sommes devenus anormaux!

« Riche de ses nombreux voyages et études à l’étranger, Pierre-Yves Albrecht, docteur en ethnologie, constate que certains peuples dits primitifs (comprendre « premiers ») considèrent les occidentaux comme des sous-hommes: la raison ? Nous négligeons l’importance et le rôle de l’initiation… donc nous restons des sous-êtres… » (Source)

 


La connaissance de Soi ne peut s’obtenir que par l’initiation

« Si l’on ne se connait pas, on ne peut pas trouver le sens de sa vie » nous dit-il, et de préciser : « or la connaissance de soi-même ne peut s’obtenir que par l’initiation, c’est ainsi que toutes les sociétés traditionnelles ont fonctionné de tout temps… Seul le monde moderne ne pratique plus d’initiation et l’on constate les dégâts… ». Pour Pierre-Yves Albrecht, l’initiation est l’élément déclencheur qui permet la germination. Tout homme, toute femme est comparable à une graine en terre. Sans initiation, le germe reste sous terre et pourrit. Au contraire, grâce à l’initiation, le germe pousse en tige, sort de terre et croit en feuilles. Il rayonne et peu essaimer à son tour.
Ainsi par la méditation, la marche, le chant, le tir à l’arc, la solitude en montagne, la contemplation du désert, Pierre-Yves Albrecht a soigné des centaines de toxicomanes. (Source)

(Extraits tiré du site baglis.tv d’un exposé intitulé « Le devoir d’ivresse »)


L’engagement comme initiation

« S’engager ou l’action radicale de s’offrir en gage au créancier pour garantir sa créance ; en quelque sorte, aussi, une espèce de sacrifice où l’occasion nous est donnée de produire du sacré, sacer facere, de transformer notre réalité profane en quelque chose d’initiatique.

Dans tous les cas où l’homme accède à un degré d’être qui lui donne un statut nouveau par rapport à la profondeur numineuse de la réalité, il y a engagement, initiation, ou possibilité d’initiation. Le symbolisme initiatique lui-même fait naturellement référence au processus de mort et de renaissance auxquelles succèdent des modifications ontologiques, psychiques, psychologiques et comportementales.

La contre-initiation infernale

Dans la pensée traditionnelle, le profane n’a de sens que dans ses rapports au sacré ; cela va si loin que “la condition humaine participe au sacré ou bien n’existe pas”. Dans cette perspective, l’équation s’énonce comme suit : s’engager ou ne pas être. Mais cette participation, cette mise en gage de soi-même, ne se donne pas à priori comme effective ; elle se manifeste par degrés de la naissance à la mort, révélant, au rythme des passages dans la profondeur de l’être, les modalités de la psyché prenant successivement connaissance d’elle-même, du cosmos et des dieux.

”L’homme banal”, lui, nouvel habitant de la civilisation post-moderne, évolue dans un temps vidé du tragique de l’existence : l’homme, jadis prométhéen, ne s’intéresse désormais plus aux feux intérieurs des brasiers divins, il n’a plus d’inquiétude à dérober des étincelles de cette nature. Son attention se focalise sur les feux de surface, source des puissances mécaniques qui propulsent ses jouets. Les grandes migrations de l’alliance originelle ne traversent plus aucun désert, ni mer Rouge, ni quelque terre promise censés nous conduire quelque part !
L’homme “banal” a sombré dans l’animisme et l’idolâtrie des objets, l’oubli de la leçon du mythe et de l’initiation ; ceux-ci n’ont plus pour lui que valeur d’anecdote.

Ainsi la ligne du réel est brisée, et le voyage en profondeur dans les sillons de l’âme, dans les labyrinthes du cosmos et dans le secret des empyrées n’a plus cours. Le fil d’Ariane s’est rompu en courts segments, puis en points infiniment distants l’un de l’autre. Chacun pour soi !

Et nos gosses en payent le prix ! »

Lire la suite sur Cles.com…

 


Amsha – de la Peur à la Joie est un projet indépendant qui a besoin de vous pour voir le jour ! Chaque don est un pas de plus vers sa concrétisation. Nous souhaitons faire de ce film un outil de transformation et d’éveil accessible à tous et diffusé gratuitement sur internet dès sa sortie ! Ce sera peut-être grâce à vous et nous vous en remercions déjà !

 ♥ FAIRE UN DON ♥

 

2 Commentaires

  1. Clea Bély

    Bravo pour ce projet et merci pour ce site où m’amène une recherche sur P.Y Albrecht que je
    découvre en ce moment grâce à son ouvrage « Le devoir d’ivresse ».
    J’ai eu une adolescence marquée par ces mêmes textes de Baudelaire qu’il cite en exergue , il faut être
    toujours ivre …., et sa conclusion : canaliser cette énergie de l’ivresse , est devenue aussi mon chemin de vie , escarpé bien sûr mais ahhh les cimes !!!

    A quel point ce travail est d’actualité , nous ne l’aurions pas soupconné , il y a quelques années !
    Or , les Djihadistes, que beaucoup ou même la plupart des commentateurs s’astreignent à qualifier
    de primitifs , de demeurés , d’ignares , produits d’une civilisation bloquée dans des croyances
    moyen-âgeuses , et c’est peut-être vrai pour les acteurs de la base — s’inspirent et s’enivrent
    de poésie ( !) et de textes lyriques , c’est en lisant un article du journal The NewYorker du 8 juin
    2015 que j’en ai moi-même pris conscience , ce qui m’a pas mal secouée , je dois dire . On savait
    que les Nazis aimaient la musique classique mais je n’ai pas ouii dire de recherches très porteuses
    à ce sujet , á moins qu’on en revienne errativement à Freud, comme d’hab (!) …. Ceci dit , je ne suis
    pas experte en ces matières , loin s’en faut , mais c’est précisément pour cela qu’ayant repris cet article en main ces jours derniers , article descriptif des faits mais qui ne pousse pas plus loin dans l’analyse ,
    je recherchais sur Albrecht pour voir s’il n’aurait pas publié quelque chose à ce sujet .

    Voîlà , c’est tout , envoyé ma petite bouteille à la mer et on continue .

    Cordialement

    Clea

Laisser une réponse...

Vous allez faire un don à : Amsha

Combien souhaitez-vous offrir ?
10 € 20 € 30 €
Souhaitez-vous faire un soutien régulier ? J'aimerais faire un don pour soutenir Amsha.
Combien de fois souhaitez-vous réitérer ce don ?
Nom *
Prénom *
Email *
Téléphone
Adresse
Un petit mot ?
Loading...